Nouvelle rubrique “Le développement dans les médias”, en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA)

La rubrique “Le développement dans les médias”, créée en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et élaborée par un·e documentaliste, propose d’illustrer chaque dossier thématique de la Revue internationale des études du développement en offrant un aperçu de la médiatisation de divers phénomènes liés au développement, au fil des 20 millions d’heures audiovisuelles qui composent les collections de l’INA.

Créé en 1975, l’INA, entreprise publique audiovisuelle et numérique, collecte, sauvegarde et transmet le patrimoine français de la radio et de la télévision. Les collections prises en compte dans le cadre de cette rubrique sont les fonds radio et télévision de l’INA. Ils sont d’abord constitués des archives des chaînes publiques, rassemblées jusqu’en 1995. Depuis cette date et l’extension du dépôt légal à l’audiovisuel, l’INA enregistre l’ensemble des émissions diffusées en France, toutes chaînes confondues (actuellement 179 chaînes, 24 heures sur 24). Ces émissions font l’objet de notices descriptives, produites par les documentalistes de l’INA, consultables grâce au catalogue en ligne inatheque.ina.fr. Le site www.inatheque.fr propose une présentation complète des collections et les informations pratiques concernant leur mise à disposition dans 50 centres de consultation.

Cette rubrique est publiée dans chaque numéro de la Revue internationale des études du développement, à partir du numéro 245 (2021/1), et fait l’objet d’une co-publication sur le carnet de recherche Hypothèses de l’INAthèque.

Alternatives Économiques

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/83/Logo_Alternatives_Economiques.gifAlternatives Économiques  présente le n° 229 « L’économie politique de la République islamique d’Iran », coordonné par Mehrdad Vahabi et Thierry Coville, avec un article rédigé par Naïri Nahapétian :

« La dépendance au pétrole reste forte. Le “caractère rentier et clientéliste de l’économie iranienne” rend difficile l’accès à l’emploi des jeunes et des femmes, pourtant très diplômés. La population, dont le taux d’urbanisation est passé de 47 % à plus de 70 % depuis 1976, rappelle Mansoor Moaddel, serait “l’une des moins fondamentalistes” d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Djavad Salehi-Isfahani montre un net recul du taux de pauvreté depuis les années 1980, même si, affirme Mohammad Maljoo, le sort des ouvriers iraniens demeure précaire.

Cyrus Bina analyse, de son côté, la structure de l’industrie pétrolière iranienne, la façon dont elle s’est émancipée des majors internationaux et l’évolution des contrats avec les partenaires étrangers. Thierry Coville revient aussi sur les rivalités économiques entre les gardiens de la révolution, les fondations islamiques et les acteurs privés et publics de l’industrie. Bref, autant d’exemples qui prouvent que la réalité iranienne est plus complexe qu’il n’y paraît. »