Nouvelle rubrique « Le développement dans les médias », en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA)

La rubrique « Le développement dans les médias », créée en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et élaborée par un·e documentaliste, propose d’illustrer chaque dossier thématique de la Revue internationale des études du développement en offrant un aperçu de la médiatisation de divers phénomènes liés au développement, au fil des 20 millions d’heures audiovisuelles qui composent les collections de l’INA.

Créé en 1975, l’INA, entreprise publique audiovisuelle et numérique, collecte, sauvegarde et transmet le patrimoine français de la radio et de la télévision. Les collections prises en compte dans le cadre de cette rubrique sont les fonds radio et télévision de l’INA. Ils sont d’abord constitués des archives des chaînes publiques, rassemblées jusqu’en 1995. Depuis cette date et l’extension du dépôt légal à l’audiovisuel, l’INA enregistre l’ensemble des émissions diffusées en France, toutes chaînes confondues (actuellement 179 chaînes, 24 heures sur 24). Ces émissions font l’objet de notices descriptives, produites par les documentalistes de l’INA, consultables grâce au catalogue en ligne inatheque.ina.fr. Le site www.inatheque.fr propose une présentation complète des collections et les informations pratiques concernant leur mise à disposition dans 50 centres de consultation.

Cette rubrique est publiée dans chaque numéro de la Revue internationale des études du développement, à partir du numéro 245 (2021/1), et fait l’objet d’une co-publication sur le carnet de recherche Hypothèses de l’INAthèque.

Nouvelle rubrique : Figures du développement

En 2019, la Revue internationale des études du développement vous présente sa nouvelle rubrique : les Figures du développement.

Retrouvez ci-dessous et ici la présentation de la rubrique.

Appel à contributions :

La nouvelle rubrique « Figures du développement » se veut une manière de témoigner du développement et des transformations du monde à travers la présentation de trajectoires ou de fragments de parcours singuliers. Les Figures ont vocation à décloisonner l’idée de « développement » pour embrasser, de manière critique et pluridisciplinaire, un univers vaste de productions institutionnelles et de réalités sociales qui lui sont liées. En ce sens, les Figures souhaitent aussi bien reconstruire des cheminements d’acteurs ou d’institutions du développement que mettre en exergue les trajectoires d’anonymes à même de refléter les bouleversements que l’impératif de « développement » induit.

Les Figures présentent des personnalités institutionnelles, militantes, politiques, intellectuelles, des acteurs du développement dont le parcours participe ou s’articule à des bouleversements sociaux majeurs, mais aussi des trajectoires anonymes de travailleurs et travailleuses, paysan-n-e-s, cadres, fonctionnaires, hommes et femmes, généralement privées de voix publique.
Les Figures peuvent également présenter des trajectoires organisationnelles, institutionnelles ou culturelles : parcours d’organismes internationaux, d’associations humanitaires et de coopération, de publications spécialisées, ou encore suivre l’évolution des usages de notions et de références intellectuelles attachées au développement.

Les « Figures du Développement » peuvent être associées aux dossiers de la revue, afin d’en éclairer un aspect particulier et original, sans toutefois que cette correspondance soit systématique. Elles répondent aux consignes stipulées pour les articles.

Les sources peuvent relever de divers matériaux. Les sources orales (entretiens, histoires de vie, témoignages) sont privilégiées, mais ne couvrent pas l’ensemble des possibilités. Les sources écrites (surtout s’il s’agit d’une institution, d’un concept du développement, ou encore d’un personnage qui n’est pas ou plus accessible), de même que le recours à l’image, aux photographies, dessins et caricatures seront accueillis favorablement et pourront être mis en ligne sur le site Hypothèses de la revue, sous réserve de qualité adéquate.

Si la forme est plus flexible que celle d’un article scientifique, le texte doit cependant comporter une présentation générale et peut être organisé en sous-parties aux titres problématisés, de manière à orienter le lecteur dans les différents aspects du témoignage rapporté.

Consignes aux auteurs : le texte comprendra 40 000 signes maximum, espaces comprises, hors résumés, mots-clés et bibliographie.


Il est demandé aux auteurs de soumettre une proposition d’une page en format Word, décrivant la Figure, la matière mobilisée, l’angle privilégié, le rapport avec la problématique du développement, aux trois adresses suivantes : revdev@univ-paris1.fr ; natachbg@gmail.com ; pacquementf@afd.fr.