Ligne éditoriale

La Revue internationale des études du développement (RIED), anciennement Revue Tiers Monde créée en 1960 à l’initiative d’universitaires engagés, est une revue pluridisciplinaire éditée en France, accueillant les débats sur le développement. Publication scientifique, elle présente des travaux originaux – en français, en anglais et en espagnol – s’inscrivant dans l’état de l’art des sujets traités et fondés sur des terrains, des données ou des archives explicites, répondant à des questions de recherche qui se posent aujourd’hui dans les Suds.

Si le XXIe siècle a renouvelé les problématiques du développement, les ancrant désormais dans les enjeux universels autour des questions climatiques, environnementales et d’inégalités économiques et sociales, ce sont encore aujourd’hui les transformations du monde « en développement » que la RIED s’emploie à explorer et à comprendre, en convoquant la plupart des sciences humaines et sociales : la sociologie, la géographie, l’économie, l’anthropologie, l’ethnologie, la science politique, l’histoire, la démographie, la psychologie sociale, voire la linguistique à travers des études contextuelles. D’autres domaines scientifiques, comme les sciences de l’environnement ou l’écologie, peuvent également être mobilisés lorsqu’elles se combinent avec des sciences sociales et s’intéressent à la diversité des impacts, des rapports de force, des logiques, des intérêts et des pratiques d’acteurs.

Les approches

Les analyses des dynamiques à l’œuvre peuvent être aussi bien pointues et circonscrites – dans le temps et l’espace – que globales et prospectives sur une diversité de terrains et de contextes. La dimension critique et une réflexion distanciée du « développement » sont encouragées.

Est en effet tout particulièrement invitée une réflexion sur la complexité des processus de changement économique, sociopolitique et culturel induits par la mondialisation et/ou par des processus endogènes sur les sociétés et les territoires locaux. Appréhender la complexité des processus placés sous ce terme implique de prendre à la fois en considération la pluralité des déterminants, l’hétérogénéité des contextes et la diversité des acteurs. De ce fait, les recherches publiées, sans exclusive sur les méthodes employées (qualitatives ou quantitatives), abordent différentes échelles spatiales et temporelles d’analyse, peuvent couvrir plusieurs aires géographiques dans une perspective comparative et s’intéresser à des problématiques transnationales. Elles incluent également des travaux portant sur les questions migratoires, y compris lorsque le terrain se trouve dans les pays du Nord.

La variété de thèmes, de perspectives disciplinaires et d’aires géographiques permet des positionnements théoriques contrastés de cohabiter dans la revue. Au sommaire des numéros récemment parus et à venir, figurent les thèmes de l’approvisionnement alimentaire, des acteurs de l’aide, ou encore des approches du développement par les biens communs. Le but est de stimuler le croisement d’idées, de suggérer des pistes pour les futures recherches et d’alimenter les débats sur les changements économiques, les enjeux globaux, les pratiques politiques et l’action sociale.

Les procédures

L’évaluation en double aveugle des articles par des spécialistes assure la qualité scientifique des textes proposés. Les responsables des dossiers thématiques assurent à la fois la cohérence des dossiers et la pluralité de points de vue, dans la mesure du possible. Des articles hors dossiers thématiques peuvent être proposés pour des numéros Varia.

La Revue internationale des études du développement vise ainsi à être un lieu d’échanges de référence, puisant dans les travaux classiques et avançant vers des thématiques novatrices. Elle recueille des propositions de chercheur.e.s confirmé.e.s, de jeunes chercheur.e.s et de tout.e autre auteur.e qui proposerait des recherches de qualité dans le domaine large des études du développement.

Les rubriques

Dossier thématique

Le « Dossier thématique » fait l’objet d’un appel à contributions qui présente le thème traité et les angles d’approche privilégiés par les coordinateurs-trices. Les articles sont soumis au processus d’évaluation en double-aveugle.

Figures du développement

La rubrique « Figures du développement » aspire à témoigner du développement et des transformations du monde à travers la présentation de trajectoires ou de fragments de parcours singuliers. Les Figures ont vocation à décloisonner l’idée de « développement » pour embrasser, de manière critique et pluridisciplinaire, un univers vaste de productions institutionnelles et de réalités sociales qui lui sont liées. En ce sens, les Figures souhaitent mettre en exergue les trajectoires d’anonymes, généralement privés de voix publique et à même de refléter les bouleversements que l’impératif de « développement » induit. Les Figures peuvent également reconstituer des trajectoires organisationnelles (d’institutions ou d’autres acteurs), culturelles, ou encore suivre l’évolution des usages de notions et de références intellectuelles attachées au développement.

Documents

La rubrique « Documents » accorde une place à des matériaux empiriques de terrain, ou iconographiques secondaires, moins académiques dans leur propos, méthodes d’analyse, ou non encore complètement aboutis. Elle entend fournir des informations actualisées sur une question émergente ou délaissée, même mineure, et peut entrer en résonance avec la thématique abordée dans le corps du dossier.

Varia

La rubrique « Varia » est présente dans chaque numéro. Elle publie des articles envoyés de manière spontanée, qui ne font pas l’objet d’un appel à contribution pour un dossier thématique mais qui sont soumis au même processus rigoureux d’évaluation en double-aveugle. Cette rubrique présente également des articles ne pouvant figurer dans un dossier thématique publié, faute de place ou parce qu’ayant une problématique trop éloignée de l’objet du dossier.

Analyses bibliographiques

Les « Analyses bibliographiques » sont rédigées par des chercheurs, praticiens ou étudiants et constituent une veille des différentes publications dans le champ du développement. La rubrique publie des recensions d’ouvrages récents et d’ouvrages en résonance avec le dossier thématique.

Les publics

La revue s’adresse à un large public : aux chercheur.e.s et aux étudiant.e.s, ainsi qu’aux praticien.ne.s du développement. Le caractère scientifique mais accessible et la variété des sujets traités visent également à assurer le pont entre la recherche et un public plus large pour intéresser l’ensemble de son lectorat aux grandes évolutions et aux questions qui touchent les Suds, et le monde plus largement, à partir d’analyses rigoureuses.

Informations institutionnelles

Pour la composition des comités, se reporter à la page dédiée.

Créée en 1960 par Henri Laugier, de l’Institut d’études du développement de la Sorbonne, la revue rejoint les Éditions de la Sorbonne en janvier 2017.

Soutien : La Revue internationale des études du développement est soutenue par l’Institut national des sciences humaines et sociales du CNRS.

Indexation :

– Cultures, langues, textes (CNRS)
– Dialnet
– ERIH-PLUS (European Reference Index for the Humanities): Economics, Political Sciences and International Relations, Economics and Business; Political Science
– FRANCIS (INIST)
– Isidore
– JournalSeek
– Mir@bel
– Sign@l
– Worldcat OCLC

Classement HCERES : Géographie, Aménagement, Urbanisme (2013) ; Science politique (2011) ; Sociologie, Démographie (2013), Économie (classée C jusqu’en 2016).

Audit de la Revue Tiers Monde

Cet audit externe, rendu public le 29 janvier 2015, a été conduit, à la demande du Conseil d’administration de l’IEDES et avec le soutien de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, par quatre personnalités reconnues choisies collectivement :

    • Sophie Bessis, agrégée d’histoire et ancienne rédactrice en chef de l’hebdomadaire Jeune Afrique, elle est actuellement directrice de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) de Paris et secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) ;
    • Michel Carton, docteur en sciences de l’éducation, ancien vice-directeur de l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID), il est actuellement directeur exécutif du Network for International Policies and Cooperation (Norrag) ;
    • Georges Courade, géographe, directeur honoraire de recherches de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et vice-président de la Cade (Coordination pour l’Afrique de demain), il a dirigé la revue Politique africaine de 1996 à 2000 ;
    • Marc Raffinot, économiste, maître de conférence à Paris Dauphine et expert en macroéconomie du développement, membre du comité de rédaction d’Afrique contemporaine.