Table ronde – débat : Les dilemmes de l’approvisionnement alimentaire

Pendant la Semaine Européenne du Développement Durable, et à l’occasion des 120 ans du Jardin d’Agronomie Tropicale de Paris, la Revue internationale des études du développement et ses partenaires de la Cité du développement durable organisent  événements et activités en accès libre !

Découvrez l’ensemble du programme de la cité du développement durable !

Cette table ronde est organisée par la Revue internationale des études du développement, à l’occasion de la parution du numéro thématique L’Approvisionnement alimentaire entre ressources et pouvoirs (237),
avec la participation de Commerce Équitable France, le Gret et l’Inter-réseaux développement rural.

Elle permettra des échanges et retours d’expériences des partenaires et intervenant.e.s issu.es. de la recherche académique et des pratiques de la solidarité internationale autour du thème transversal “se nourrir”.

Prenez connaissance du programme des débats de nos intervenant.e.s !

Cet évènement gratuit aura lieu le lundi 3 juin 2019, de 17h à 19h, au Jardin d’Agronomie Tropicale de Paris (12e arrondissement, 45 bis Avenue de la Belle Gabrielle), dans le Pavillon de l’Indochine. Les inscriptions sont ouvertes (ICI) nous vous y attendons nombreu.x.ses!

Cadrage thématique

Ce numéro thématique de la Revue internationale des études du développement s’intéresse à l’approvisionnement alimentaire comme enjeu majeur de sécurité et de souveraineté. Un peu délaissé avec l’ouverture économique des marchés, cette question revient en force dans un monde d’incertitudes et de concurrences pour l’accès aux denrées.

À rebours des approches dominantes – centrées sur les produits, les flux, les prix – les auteurs en privilégient ici une clé de lecture politique : les relations établies entre les différents types d’acteurs sont dévoilées comme « champ de force » (Janin et Fofiri Nzossié), les acteurs doivent faire des choix qui constituent autant de dilemmes.

Au-delà, la place des institutions (internationales, États, collectivités) y est questionnée, y compris dans des contextes où leur capacité d’action semble fragilisée. La diversité des cas étudiés (pétromonarchies du Golfe, Brésil, Cuba, Venezuela, Burkina et RDC) permet d’en saisir la transversalité.

De l’international au local, les ressources alimentaires sont convoitées, appropriées et redistribuées, dévoilant autant de relations, de stratégies et de pouvoirs inégalitaires. Cette diversité d’échelles servira à structurer les échange lors de cette table-ronde.

Programme de la table ronde

Les dilemmes de l’approvisionnement alimentaire : une question politique. Ouverture par Pierre Janin, IRD corédacteur en chef de la RIED et coordinateur du dossier thématique

Axe 1 – Une géopolitique mondiale des flux alimentaires (17h15)

  • Approvisionnement alimentaire et marché mondial.
    Frédéric Lançon, agroéconomiste, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)
  • Systèmes d’approvisionnement et commerce équitable.
    Julie Stoll, déléguée générale, Commerce Equitable France (CET)
  • Ressources alimentaires mondialisées et conflictualités : illustration par la stratégie émiratie.
    Damien Calais, doctorant en géographie du développement, Université Paris Diderot (CESSMA)

Axe 2 – Un champ politisé par l’appétit des États-nations (17h30)

  • L’approvisionnement alimentaire en régime autoritaire: le cas du Venezuela.
    Paula Vásquez Lezama, chargée de recherche en anthropologie, spécialiste des états d’exception (CNRS)
  • Les firmes de l’approvisionnement dans les monarchies du Golfe.
    Matthieu Brun, doctorant en sciences politiques, Les Afriques dans le Monde (LAM, Sciences-Po Bordeaux)

Axe 3 – Le nouveau pouvoir des acteurs locaux? (18h)

  • Contractualisation et structuration des filières en Afrique.
    Gérard Tubery, président de l’Association pour le développement à l’international des filières oléo-protéagineuses (AGROPOL)
  • Stratégies et perspectives des acteurs locaux de la transformation en Afrique de l’Ouest.
    François Doligez, agroéconomiste IRAM et Président, Inter-réseaux développement durable
  • Systèmes alimentaires locaux : quelle gouvernance? Regards croisés Cambodge-France.
    Martine François, agroéconomiste et spécialiste des filières agro-alimentaires, GRET- Professionnels du développement solidaire

Conclusion et ouverture au débat par Pierre Janin, échange avec la salle (18h30)

Pour de plus amples informations, retrouvez-nous sur les réseaux sociaux, ou contactez-nous par mail: sr.revdev[at]univ-paris1.fr

Appel à contributions / Call for Papers / Llamado a contribución

Pour recevoir les prochains appels à contributions et être tenu.e.s au courant des actualités de la revue, n’hésitez pas à vous abonner à notre liste de diffusion.

Vous travaillez sur le care ?
Proposez votre article pour le dossier spécial 2020-2 de la Revue internationale des études du développement :

Care, inégalités et politiques aux Suds

Date limite d’envoi des propositions d’articles : 20 avril 2019

L’appel à contributions ici.

Les propositions d’articles doivent être envoyées aux quatre adresses suivantes :
revdev@univ-paris1.fr
helenahirata99@gmail.com
nadya@usp.br
natachabg@gmail.com

You work on care?
Submit your article for the 2020-2 special issue of the Journal:

Care, Inequalities and Policies in the South

Article proposals must be submitted by April 20, 2019

Read the Call here.

Articles proposals must be send to:
revdev@univ-paris1.fr
helenahirata99@gmail.com
nadya@usp.br
natachabg@gmail.com

¿Trabaja en care?
Envíe su artículo para el número especial 2020-2 de la revista:

Care, desigualdades y políticas en los países del sur

Las propuestas de artículos deberán ser enviadas antes del 20 de Abril 2019

El llamado completo aquí.

Envíe sus propuestas a:
revdev@univ-paris1.fr
helenahirata99@gmail.com
nadya@usp.br
natachabg@gmail.com


Nouvelle rubrique : Figures du développement

En 2019, la Revue internationale des études du développement vous présente sa nouvelle rubrique : les Figures du développement.

Retrouvez ci-dessous et ici la présentation de la rubrique.

Appel à contributions :

La nouvelle rubrique « Figures du développement » se veut une manière de témoigner du développement et des transformations du monde à travers la présentation de trajectoires ou de fragments de parcours singuliers. Les Figures ont vocation à décloisonner l’idée de « développement » pour embrasser, de manière critique et pluridisciplinaire, un univers vaste de productions institutionnelles et de réalités sociales qui lui sont liées. En ce sens, les Figures souhaitent aussi bien reconstruire des cheminements d’acteurs ou d’institutions du développement que mettre en exergue les trajectoires d’anonymes à même de refléter les bouleversements que l’impératif de « développement » induit.

Les Figures présentent des personnalités institutionnelles, militantes, politiques, intellectuelles, des acteurs du développement dont le parcours participe ou s’articule à des bouleversements sociaux majeurs, mais aussi des trajectoires anonymes de travailleurs et travailleuses, paysan-n-e-s, cadres, fonctionnaires, hommes et femmes, généralement privées de voix publique.
Les Figures peuvent également présenter des trajectoires organisationnelles, institutionnelles ou culturelles : parcours d’organismes internationaux, d’associations humanitaires et de coopération, de publications spécialisées, ou encore suivre l’évolution des usages de notions et de références intellectuelles attachées au développement.

Les « Figures du Développement » peuvent être associées aux dossiers de la revue, afin d’en éclairer un aspect particulier et original, sans toutefois que cette correspondance soit systématique. Elles répondent aux consignes stipulées pour les articles.

Les sources peuvent relever de divers matériaux. Les sources orales (entretiens, histoires de vie, témoignages) sont privilégiées, mais ne couvrent pas l’ensemble des possibilités. Les sources écrites (surtout s’il s’agit d’une institution, d’un concept du développement, ou encore d’un personnage qui n’est pas ou plus accessible), de même que le recours à l’image, aux photographies, dessins et caricatures seront accueillis favorablement et pourront être mis en ligne sur le site Hypothèses de la revue, sous réserve de qualité adéquate.

Si la forme est plus flexible que celle d’un article scientifique, le texte doit cependant comporter une présentation générale et peut être organisé en sous-parties aux titres problématisés, de manière à orienter le lecteur dans les différents aspects du témoignage rapporté.

Consignes aux auteurs : le texte comprendra 40 000 signes maximum, espaces comprises, hors résumés, mots-clés et bibliographie.


Il est demandé aux auteurs de soumettre une proposition d’une page en format Word, décrivant la Figure, la matière mobilisée, l’angle privilégié, le rapport avec la problématique du développement, aux trois adresses suivantes : revdev@univ-paris1.fr ; natachbg@gmail.com ; pacquementf@afd.fr.

Vient de Paraître – L’approvisionnement alimentaire entre ressources et pouvoirs, n°237, sous la direction de Pierre Janin et Éric Joël Fofiri Nzossié

 

Ce dossier traite des défis politiques de l’approvisionnement alimentaire à partir d’une analyse des relations entre ressources et institutions, parmi lesquelles l’État constitue un acteur incontournable. Dans un monde d’instabilités et d’inégalités croissantes, l’approvisionnement alimentaire apparaît comme un défi permanent pour les gouvernants et pour les sociétés. Au-delà de ses modalités pratiques d’organisation, il renvoie à deux enjeux fondamentaux : celui de la maîtrise stratégique des flux et celui des liens géographiques et sociaux au sein des systèmes d’approvisionnement.

Retrouvez ci-dessous le sommaire complet de ce numéro :
VDP_Revue internationale des études du développement-237_Approvisionnement alimentaire

Renouvellement de la rédaction en chef

La Revue internationale des études du développement renouvelle sa rédaction en chef.

Le·a·s rédacteur·rice·s en chef, susceptible·s de travailler en binôme, coordonne·nt la production éditoriale de la revue trimestrielle de l’Institut, en lien avec la/le directrice-eur de la publication.
Il.elle·s bénéficie·nt de l’appui de la responsable éditoriale et du secrétariat de la revue.

Profil du/de la rédacteur·trice en chef :
– Le·a rédacteur·trice en chef est familier·e avec l’actualité de la recherche sur le développement ;
– Il·elle doit avoir une connaissance des prérogatives et de l’écosystème des revues scientifiques ;
– Il·elle aura idéalement déjà fait partie d’instances éditoriales pour des publications dont le fond et la ligne éditoriale abordent des thématiques liées à la question du développement économique et social et la solidarité internationale ;
– Sa vision et son réseau pluridisciplinaire et international bilingue – voire trilingue – devront pouvoir aider l’équipe à positionner la revue auprès de tout organisme ou acteur.rice travaillant sur les questions de développement.

Missions du/de la rédacteur.trice en chef :
– Impulser une ligne éditoriale et partenariales ;
– Être présent·e, physiquement ou par visioconférence, aux réunions des comités de rédaction bimensuels et des comités éditoriaux bi-annuels ;
– Écrire/relire différents textes courts pour la revue et servant à sa promotion auprès des abonnés et des prospects ;
– Donner un avis sur des choix de fabrication, couverture ;
– Donner son aval sur le contenu des publications et le BAT final ;
– Représenter la revue aux événements, relations presse et institutionnelles ;

Durée de l’engagement :
Le·a rédacteur·rice en chef s’engage auprès de l’équipe pour une durée de 2 ans.

Si vous êtes intéressé·e, merci de contacter revdev@univ-paris1.fr

Cahier d’études africaines n° 231-232 : Face à la sorcellerie

La sorcellerie n’est pas seulement une affaire privée qui se joue au sein des familles, elle concerne également les institutions jusqu’au cœur même de l’État. Celles-ci se retrouvent de plus en plus souvent prises dans le cercle mortifère des rumeurs, accusations et violences, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l’expansion du schème d’interprétation sorcellaire.

Devant ce constat, ce numéro examine à travers une série d’études de cas comment les institutions et leurs acteurs font face à la sorcellerie. Centrées sur l’analyse des dynamiques de l’imputation et de la stigmatisation, les contributions portent aussi bien sur les institutions les plus centrales de l’État (la justice, nationale mais aussi internationale, la police, l’école) que sur les institutions sanitaires, religieuses et sportives ou encore les médias.

Mais ce sont aussi les anthropologues eux-mêmes qui doivent faire face à la sorcellerie. Souvent interpellés par les acteurs au même titre que les juges, les journalistes ou les médecins, les chercheurs se trouvent alors confrontés à des dilemmes éthiques qu’ils ne peuvent plus longtemps éluder.

Hérodote n° 157, Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam

Hérodote n° 157, Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam

Hérodote 157Éditions La Découverte

Le Viêt Nam a, en France, une image singulière : l’aura de son armée victorieuse des États-Unis et de la Chine et, d’autre part, sa forte croissance économique depuis la mise en place d’une politique économique libérale le Doi Moi, qui suscite respect et curiosité.
Pour analyser la place et le rôle de ce pays dans la situation géopolitique actuelle de l’Asie du Sud-Est, Benoît de Tréglodé, spécialiste du Viêt Nam, a contribué à réunir, pour ce numéro, des spécialistes abordant les thèmes qui sont moins connus mais pourtant très éclairants pour comprendre la singularité géopolitique du pays. Ainsi, y sont analysées les conséquences géopolitiques du conflit qui a opposé en 1977 le Cambodge et le Viêt Nam, fracturant le Bloc communiste dix ans avant la chute du mur de Berlin ; les relations complexes et ambiguës du Viêt Nam avec son voisin chinois ; les conséquences sociales et environnementales de la forte croissance économique depuis le Doi Moi, générant tensions sociales mais aussi des mutations rapides de l’organisation de l’espace. Enfin, la situation actuelle des religions montre non seulement le « caractère multiple du fait religieux, avec ses diverses voies et religions, mais aussi une conscience citoyenne de ces forces religieuses.

Cahiers des Amériques latines n° 78 – Le Pérou : de l’intégration nationale à l’inclusion sociale

Coordinatrices : Lissell Quiroz-Pérez et María Julia de Vinatea Ríos

Cahiers des amériques latines 78

IHEAL CREDA

Le visage du Pérou s’est profondément transformé durant ces trois dernières décennies. D’un point de vue politique, le pays s’est engagé dans un processus de transition démocratique ; tout en traversant, entre 1980 et 2000, le conflit armé interne le plus meurtrier de toute son histoire républicaine. La question de la « réconciliation » et le travail de construction d’une mémoire nationale sont depuis en marche.