Comment bénéficier du dividende démographique ? – Replacer la population au centre des trajectoires de développement de la Côte d’Ivoire

par Jean-Pierre Guengant

Cet article souligne l’importance de la prise en compte des questions de population dans les stratégies de développement du pays, afin qu’il puisse bénéficier d’un dividende démographique et devenir un pays émergent. Selon l’expérience des pays émergents, il n’y a pas de développement sans diminution des taux de dépendance – ou ratio des inactifs par rapport aux actifs. Une telle réduction est le résultat d’une accélération de la transition de la fécondité de niveaux élevés à des niveaux moindres, ce qui est la première condition à remplir pour bénéficier d’un dividende démographique, les autres conditions étant l’amélioration parallèle de la qualité du capital humain et la création d’un nombre suffisant d’emplois, en particulier pour les nombreux jeunes entrant sur le marché du travail. La fécondité restant autour de 5 enfants par femme et les niveaux de santé et d’éducation étant encore loin d’être satisfaisants, la Côte d’Ivoire ne remplit pas encore les conditions lui permettant de bénéficier d’un dividende démographique dans un avenir proche , malgré les taux de croissance économique élevée qu’elle a connu depuis 2011. En particulier, l’accélération de la transition de la fécondité vers 2 à 3 enfants par femme, comme dans les pays émergents aujourd’hui, est loin d’être acquise, car le nombre idéal d’enfants indiqué par les femmes ivoiriennes reste élevé, et leur utilisation de la contraception faible. pourtant, le ralentissement de l’augmentation continue du nombre de naissances et d’enfants à soigner et éduquer est essentiel pour permettre à la Côte d’ivoire de dégager les ressources additionnelles dont elle a besoin pour améliorer la formation des jeunes et créer davantage d’emplois.

Consulter la monographie

La gestion institutionnelle des inondations du 1er septembre 2009 au Burkina Faso

par Abdoulaye Ouedraogo et Félix Alexandre Sanfo

Cet article est le résultat d’une étude du dispositif institutionnel de gestion des catastrophes au Burkina Faso. Il examine le fonctionnement de ce dispositif qui comprend des institutions permanentes et des institutions à caractère provisoire, mises en place de manière ad hoc par les autorités après la survenue des inondations du 1er septembre 2009 à Ouagadougou. La recherche a été menée à partir d’une enquête qualitative de terrain auprès de personnes ressources choisies au sein des institutions actives dans le champ de l’humanitaire au Burkina Faso. L’analyse montre que les différentes institutions en charge de la gestion des catastrophes sont engagées dans des relations de collaboration et de compétition et que leurs logiques peuvent parfois être éloignées des préoccupations censées alléger les souffrances et restaurer la dignité des populations victimes de catastrophes.

Consulter la monographie

Se déplacer dans Ouagadougou au quotidien, moyens, contraintes et pratiques de la mobilité

par Florence Boyer et Daniel Delaunay

Les Ouagalais sont confrontés à la déficience chronique des transports en commun publics, mais aussi privés, héritage de la période sankariste. Se déplacer au quotidien pour travailler, consommer, socialiser est conditionné à la possession d’un moyen de transport dans une ville qui s’étend ; créant de nouvelles fractures parmi les citadins. L’analyse du calendrier journalier des déplacements restitue la géométrie variable de l’espace de vie à partir du logement, selon les motifs de la mobilité et le profil des habitants.

Consulter la monographie

 

Habiter Ouagadougou

par Daniel Delaunay et Florence Boyer

L’offre de logement est insuffisante dans la capitale burkinabè qui est marquée par une croissance démographique forte, qui s’accompagne d’un étalement spatial tout aussi exceptionnel. Les politiques de lotissement ont structuré la morphologie urbaine, exacerbant les injustices spatiale et sociale. La description de l’équipement du logement et de ses formes d’occupation est rapprochée des caractéristiques démo-économiques des citadins, dans le contexte de la transition démographique et de ses perspectives.

Consulter la monographie

Bilan des activités de planification familiale au Niger depuis les années 1990

par Jean-Pierre Guengant et Hamidou Issaka Maga

Le Niger cumule une pauvreté extrême et la plus haute fécondité au monde, dans un environnement sahélien exposé à la désertification. La transition de la fécondité est un enjeu primordial alors que la taille  désirée des familles se maintient au niveau maximal, que seule la planification familiale serait en mesure d’infléchir. L’étude examine les actions entreprises depuis deux décennies pour en évaluer la portée.

Consulter la monographie

Enquêter aujourd’hui sur la Chine contemporaine. Jeunes chercheurs, nouveaux objets, nouvelles méthodes.

Textes réunis par Tania Angeloff

Ces textes témoignent d’enquêtes récentes de terrain sur la Chine contemporaine, abordant de nouveaux objets d’étude : âge de la vie ; genre, migrations et travail ; la Chine « hors de Chine ». Les actes de ce colloque, tenu à l’IEDES fin 2015, nourrissent un échange intergénérationnel de chercheurs sur ces terrains.

Consulter la monographie

 

La famille ouagalaise. La fonction reproductive et les arrangements résidentiels

par Daniel Delaunay et Florence Boyer

L’état et l’évolution récente de la famille à Ouagadougou sont examinés dans le contexte de la transition démographique et d’une immigration de peuplement urbain. La temporalité du cycle domestique est privilégiée pour comprendre ce qui distingue la nuptialité des hommes et des femmes, le calendrier de l’acquisition de l’autonomie des jeunes, l’économie familiale des charges de la dépendance et la complexification de l’unité familiale. L’analyse distingue les fonctions reproductives et résidentielles, insistant sur les inégalités intrafamiliales selon l’âge, le sexe et le statut, mais aussi la tendance à l’homogamie ; préfigurant la société urbaine de demain.

Consulter la monographie

 

Capital social, migration et développement Ouagadougou (Burkina Faso)

par Daniel Delaunay et Florence Boyer

Cette monographie décrit comment le capital social est mobilisé par les habitants de Ouagadougou pour soutenir leurs actions économiques : l’accès à l’éducation, au logement, à l’emploi et autres contributions au développement. L’analyse suit la construction du capital social, en partie hérité de la parenté, en partie acquis en propre au cours des parcours professionnels, de la vie urbaine, durant la migration. Les caractéristiques des donateurs et bénéficiaires sont décrites.

Consulter la monographie