Le prochain évènement de la RIED : Dépossessions foncières, entre pression et oppression?

SAVE THE DATE ! Vendredi 20 septembre, de 11h à 12h30, Jardin d’Agronomie tropicale de Paris

À l’occasion de la parution récente de son dossier thématique, la Revue internationale des études du développement vous invite à débattre des « dépossessions foncières et stratégies d’acteurs en milieu rural », en présence de deux co-coordinatrices (Charlotte Guénard et Laurence Roudart), de plusieurs auteurs et de chercheurs et praticiens spécialistes de la question.

Cette table ronde mettra également en avant des travaux d’étudiant.e.s de l’Institut des Études du Développement de la Sorbonne coordonné.e.s par Michel Merlet, directeur de l’association pour l’amélioration de la gouvernance de la terre, de l’eau et des ressources naturelles (AGTER).

Cet évènement académique s’inscrit dans une programmation scientifique et culturelle sur l’ensemble de la journée dans le cadre du festival Les Tropikantes au sein du pôle multi-acteurs de la Cité du développement durable.

La programmation définitive sera bientôt diffusée, restez informé.e.s en vous abonnant à la newsletter ou en suivant la RIED sur les réseaux TwitterFacebook  et LinkedIn!

 

Valorisation de la Table ronde : Les dilemmes de l’approvisionnement alimentaire

Les intervenant.e.s se sont complétés à travers trois axes d’analyse: de la géopolitique alimentaire aux acteurs des territoires.

La Revue internationale des études du développement a eu le plaisir d’organiser une table ronde-débat autour des dilemmes de l’approvisionnement alimentaire le lundi 3 juin 2019. Ce premier événement tout public au cœur de la Cité du développement durable (dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable) a rassemblé une cinquantaine de personnes.

Les échanges ont porté sur les enjeux alimentaires globaux et locaux à travers différents espaces (Afrique de l’Ouest, Maghreb, Venezuela, Cambodge, Europe), avec des intervenant.e.s du CIRAD, du Club Déméter, de Commerce Equitable France, du Gret ou encore du secteur privé.

L’intégralité de l’événement sera bientôt en ligne, restez connecté.e.s !

APPEL À CONTRIBUTIONS D’ARTICLES SPONTANÉS, RUBRIQUE VARIA

English below

La Revue internationale des études du développement lance un appel à contributions spontanées.

Retrouvez l’appel à contributions et les modalités de publication : Appel à contributions spontanées.

Les thématiques sont libres, du moment que les articles abordent les questions liées au développement.

Les articles retenus par la revue, rédigés en français, anglais ou espagnol, s’intéressent aux acteurs et aux processus socio-économiques, analysent les dynamiques de rapport de rapports de forces et d’asymétries de pouvoir, soulignent la complexité des relations et des actions, mettent en valeur des études empiriques et offrent, par leur approche critique, un contrepoint aux littératures grises des institutions internationales. Toutes les disciplines sont les bienvenues : sciences économiques, sociologie, anthropologie, histoire, géographie, architecture, médecine, démographie, agronomie, sciences de l’éducation, droit, relations internationales, géopolitique, communication, tourisme, sciences politiques, philosophie, etc.

Pour recevoir les prochains appels à contributions et être tenu.e.s au courant des actualités de la revue, n’hésitez pas à vous abonner à notre liste de diffusion.

CALL FOR PAPERS

The Revue internationale des études du développement is calling for spontaneous papers. Read the Call HERE.

There is no specified theme, except that the articles must relate to development studies.

The articles selected by the Revue internationale des études du développement examine the players and the socio-economic processes involved, analyze the dynamics of power relationships and asymmetries in power, underline the complexity of relationships and actions, highlight empirical studies, and offer a counterpoint to international institutions’ grey literature.

All subjects are welcome: economics, sociology, anthropology, history, geography, architecture, medicine, demography, agronomics, education, law, international relations, geopolitics, communication, tourism, political sciences, philosophy.

Subscribe to our mailing list.

Table ronde – débat : Les dilemmes de l’approvisionnement alimentaire

Pendant la Semaine Européenne du Développement Durable, et à l’occasion des 120 ans du Jardin d’Agronomie Tropicale de Paris, la Revue internationale des études du développement et ses partenaires de la Cité du développement durable organisent  événements et activités en accès libre !

Découvrez l’ensemble du programme de la cité du développement durable !

Cette table ronde est organisée par la Revue internationale des études du développement, à l’occasion de la parution du numéro thématique L’Approvisionnement alimentaire entre ressources et pouvoirs (237),
avec la participation de Commerce Équitable France, le Gret et l’Inter-réseaux développement rural.

Elle permettra des échanges et retours d’expériences des partenaires et intervenant.e.s issu.es. de la recherche académique et des pratiques de la solidarité internationale autour du thème transversal “se nourrir”.

Prenez connaissance du programme des débats de nos intervenant.e.s !

Cet évènement gratuit aura lieu le lundi 3 juin 2019, de 17h à 19h, au Jardin d’Agronomie Tropicale de Paris (12e arrondissement, 45 bis Avenue de la Belle Gabrielle), dans le Pavillon de l’Indochine. Les inscriptions sont ouvertes (ICI) nous vous y attendons nombreu.x.ses!

Cadrage thématique

Ce numéro thématique de la Revue internationale des études du développement s’intéresse à l’approvisionnement alimentaire comme enjeu majeur de sécurité et de souveraineté. Un peu délaissé avec l’ouverture économique des marchés, cette question revient en force dans un monde d’incertitudes et de concurrences pour l’accès aux denrées.

À rebours des approches dominantes – centrées sur les produits, les flux, les prix – les auteurs en privilégient ici une clé de lecture politique : les relations établies entre les différents types d’acteurs sont dévoilées comme « champ de force » (Janin et Fofiri Nzossié), les acteurs doivent faire des choix qui constituent autant de dilemmes.

Au-delà, la place des institutions (internationales, États, collectivités) y est questionnée, y compris dans des contextes où leur capacité d’action semble fragilisée. La diversité des cas étudiés (pétromonarchies du Golfe, Brésil, Cuba, Venezuela, Burkina et RDC) permet d’en saisir la transversalité.

De l’international au local, les ressources alimentaires sont convoitées, appropriées et redistribuées, dévoilant autant de relations, de stratégies et de pouvoirs inégalitaires. Cette diversité d’échelles servira à structurer les échange lors de cette table-ronde.

Programme de la table ronde

Les dilemmes de l’approvisionnement alimentaire : une question politique. Ouverture par Pierre Janin, IRD corédacteur en chef de la RIED et coordinateur du dossier thématique

Axe 1 – Une géopolitique mondiale des flux alimentaires (17h15)

  • Approvisionnement alimentaire et marché mondial.
    Frédéric Lançon, agroéconomiste, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)
  • Systèmes d’approvisionnement et commerce équitable.
    Julie Stoll, déléguée générale, Commerce Equitable France (CET)
  • Ressources alimentaires mondialisées et conflictualités : illustration par la stratégie émiratie.
    Damien Calais, doctorant en géographie du développement, Université Paris Diderot (CESSMA)

Axe 2 – Un champ politisé par l’appétit des États-nations (17h30)

  • L’approvisionnement alimentaire en régime autoritaire: le cas du Venezuela.
    Paula Vásquez Lezama, chargée de recherche en anthropologie, spécialiste des états d’exception (CNRS)
  • Les firmes de l’approvisionnement dans les monarchies du Golfe.
    Matthieu Brun, doctorant en sciences politiques, Les Afriques dans le Monde (LAM, Sciences-Po Bordeaux)

Axe 3 – Le nouveau pouvoir des acteurs locaux? (18h)

  • Contractualisation et structuration des filières en Afrique.
    Gérard Tubery, président de l’Association pour le développement à l’international des filières oléo-protéagineuses (AGROPOL)
  • Stratégies et perspectives des acteurs locaux de la transformation en Afrique de l’Ouest.
    François Doligez, agroéconomiste IRAM et Président, Inter-réseaux développement durable
  • Systèmes alimentaires locaux : quelle gouvernance? Regards croisés Cambodge-France.
    Martine François, agroéconomiste et spécialiste des filières agro-alimentaires, GRET- Professionnels du développement solidaire

Conclusion et ouverture au débat par Pierre Janin, échange avec la salle (18h30)

Pour de plus amples informations, retrouvez-nous sur les réseaux sociaux, ou contactez-nous par mail: sr.revdev[at]univ-paris1.fr

Le dividende démographique en Afrique subsaharienne

Textes réunis par Daniel Delaunay et Jean-Pierre Guengant

Consulter la monographie

Cette monographie rassemble quelques-unes des contributions au colloque « Dividende démographique et évolution de la fécondité en Afrique sub-saharienne », organisé à Paris les 11-12 mai 2017 par Clémentine Rossier, Véronique Hertrich et Géraldine Duthé pour l’Ined, Jean-Pierre Guengant pour l’IRD, Henri Leridon pour l’Académie des sciences. La première journée (à l’AFD) portait sur les mesures et les singularités du dividende démographique en Afrique subsaharienne, ainsi que les conditions, notamment économiques, requises pour sa réalisation dans ce contexte particulier. La seconde journée (à l’INED) a rassemblé les débats sur la fécondité des couples, les possibles explications à la lenteur de la transition, le niveau élevé de la descendance souhaitée dans cette partie du continent. Les sept textes ici réunis traitent de ces deux ensembles d’interrogations, en avançant des propositions méthodologiques ou de nouvelles hypothèses, adossées à des comparaisons continentales et des études de cas.

Le dividende démographique en Afrique subsaharienne est l’objet d’une attention renouvelée, d’abord pour les attentes qu’il suscite. Mettre en avant une solution démographique au développement est une manière de conjurer les retards de l’émergence économique attendue, ainsi que les craintes exprimées face à un doublement de la population subsaharienne d’ici 2050, une multiplication par quatre d’ici la fin du siècle. La contribution économique des jeunes épargnés par les mortalités précoces serait à la fois une alternative à l’exode (notamment vers l’Europe) et une contribution structurelle à la croissance économique. Mais cet engouement continental est tempéré par les incertitudes, voire les ambiguïtés, attachées à l’évolution des relations démo-économiques lors d’une transition démographique tardive et lente. Car il faut bien reconnaître que le dividende a été découvert et étudié après le constat de son accomplissement en Asie et en Amérique latine. Ce que l’on sait porte pour l’essentiel sur ce processus historique en voie d’achèvement dans un environnement particulier. Dans les économies africaines où la transition de la fécondité est en cours de réalisation, voire ne fait que débuter, son analyse est largement prospective. Les textes présentés s’inscrivent dans cette réflexion critique – la réalisation du dividende n’est pas automatique – et constructive – quels outils, quelles recommandations – que l’on peut rassembler en trois ensembles. Un premier aborde directement ou en arrière-plan les manquements méthodologiques et théoriques de l’analyse du dividende, sa mesure, la modélisation de son impact et de son calendrier, l’analyse de ses interactions avec les autres composantes de la transition. Un second ensemble de contributions aborde la condition préalable à l’émergence d’une population active plus importante, à savoir la baisse de la fécondité dont on constate non seulement les retards mais aussi la pause dans certains pays. Enfin, la réalisation économique du dividende est questionnée. Il pourrait ne rester qu’une opportunité structurelle de la structure par âge si elle ne se traduit pas en gains de productivité des actifs, au-delà de leur nombre relatif. Ce qui replace le débat vers le corpus des études du développement pour aborder les déterminants démographiques de l’épargne et de l’investissement (allongement de l’activité et du cycle de vie), du marché du travail formel, de la productivité des actifs.

Appel à contributions / Call for Papers / Llamado a contribución

Pour recevoir les prochains appels à contributions et être tenu.e.s au courant des actualités de la revue, n’hésitez pas à vous abonner à notre liste de diffusion.

Vous travaillez sur le care ?
Proposez votre article pour le dossier spécial 2020-2 de la Revue internationale des études du développement :

Care, inégalités et politiques aux Suds

Date limite d’envoi des propositions d’articles : 20 avril 2019

L’appel à contributions ici.

Les propositions d’articles doivent être envoyées aux quatre adresses suivantes :
revdev@univ-paris1.fr
helenahirata99@gmail.com
nadya@usp.br
natachabg@gmail.com

You work on care?
Submit your article for the 2020-2 special issue of the Journal:

Care, Inequalities and Policies in the South

Article proposals must be submitted by April 20, 2019

Read the Call here.

Articles proposals must be send to:
revdev@univ-paris1.fr
helenahirata99@gmail.com
nadya@usp.br
natachabg@gmail.com

¿Trabaja en care?
Envíe su artículo para el número especial 2020-2 de la revista:

Care, desigualdades y políticas en los países del sur

Las propuestas de artículos deberán ser enviadas antes del 20 de Abril 2019

El llamado completo aquí.

Envíe sus propuestas a:
revdev@univ-paris1.fr
helenahirata99@gmail.com
nadya@usp.br
natachabg@gmail.com


Nouvelle rubrique : Figures du développement

En 2019, la Revue internationale des études du développement vous présente sa nouvelle rubrique : les Figures du développement.

Retrouvez ci-dessous et ici la présentation de la rubrique.

Appel à contributions :

La nouvelle rubrique « Figures du développement » se veut une manière de témoigner du développement et des transformations du monde à travers la présentation de trajectoires ou de fragments de parcours singuliers. Les Figures ont vocation à décloisonner l’idée de « développement » pour embrasser, de manière critique et pluridisciplinaire, un univers vaste de productions institutionnelles et de réalités sociales qui lui sont liées. En ce sens, les Figures souhaitent aussi bien reconstruire des cheminements d’acteurs ou d’institutions du développement que mettre en exergue les trajectoires d’anonymes à même de refléter les bouleversements que l’impératif de « développement » induit.

Les Figures présentent des personnalités institutionnelles, militantes, politiques, intellectuelles, des acteurs du développement dont le parcours participe ou s’articule à des bouleversements sociaux majeurs, mais aussi des trajectoires anonymes de travailleurs et travailleuses, paysan-n-e-s, cadres, fonctionnaires, hommes et femmes, généralement privées de voix publique.
Les Figures peuvent également présenter des trajectoires organisationnelles, institutionnelles ou culturelles : parcours d’organismes internationaux, d’associations humanitaires et de coopération, de publications spécialisées, ou encore suivre l’évolution des usages de notions et de références intellectuelles attachées au développement.

Les « Figures du Développement » peuvent être associées aux dossiers de la revue, afin d’en éclairer un aspect particulier et original, sans toutefois que cette correspondance soit systématique. Elles répondent aux consignes stipulées pour les articles.

Les sources peuvent relever de divers matériaux. Les sources orales (entretiens, histoires de vie, témoignages) sont privilégiées, mais ne couvrent pas l’ensemble des possibilités. Les sources écrites (surtout s’il s’agit d’une institution, d’un concept du développement, ou encore d’un personnage qui n’est pas ou plus accessible), de même que le recours à l’image, aux photographies, dessins et caricatures seront accueillis favorablement et pourront être mis en ligne sur le site Hypothèses de la revue, sous réserve de qualité adéquate.

Si la forme est plus flexible que celle d’un article scientifique, le texte doit cependant comporter une présentation générale et peut être organisé en sous-parties aux titres problématisés, de manière à orienter le lecteur dans les différents aspects du témoignage rapporté.

Consignes aux auteurs : le texte comprendra 40 000 signes maximum, espaces comprises, hors résumés, mots-clés et bibliographie.


Il est demandé aux auteurs de soumettre une proposition d’une page en format Word, décrivant la Figure, la matière mobilisée, l’angle privilégié, le rapport avec la problématique du développement, aux trois adresses suivantes : revdev@univ-paris1.fr ; natachbg@gmail.com ; pacquementf@afd.fr.

Vient de Paraître – L’approvisionnement alimentaire entre ressources et pouvoirs, n°237, sous la direction de Pierre Janin et Éric Joël Fofiri Nzossié

 

Ce dossier traite des défis politiques de l’approvisionnement alimentaire à partir d’une analyse des relations entre ressources et institutions, parmi lesquelles l’État constitue un acteur incontournable. Dans un monde d’instabilités et d’inégalités croissantes, l’approvisionnement alimentaire apparaît comme un défi permanent pour les gouvernants et pour les sociétés. Au-delà de ses modalités pratiques d’organisation, il renvoie à deux enjeux fondamentaux : celui de la maîtrise stratégique des flux et celui des liens géographiques et sociaux au sein des systèmes d’approvisionnement.

Retrouvez ci-dessous le sommaire complet de ce numéro :
VDP_Revue internationale des études du développement-237_Approvisionnement alimentaire