Se déplacer dans Ouagadougou au quotidien, moyens, contraintes et pratiques de la mobilité

par Florence Boyer et Daniel Delaunay

Les Ouagalais sont confrontés à la déficience chronique des transports en commun publics, mais aussi privés, héritage de la période sankariste. Se déplacer au quotidien pour travailler, consommer, socialiser est conditionné à la possession d’un moyen de transport dans une ville qui s’étend ; créant de nouvelles fractures parmi les citadins. L’analyse du calendrier journalier des déplacements restitue la géométrie variable de l’espace de vie à partir du logement, selon les motifs de la mobilité et le profil des habitants.

Consulter la monographie

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.