Rubrique “Figures du développement”

  • Présentation générale
  • L’esprit de la rubrique
  • Éléments de méthode pour le recueil des propositions
  • Des figures pour quel usage ?
  • Textes récemment publiés dans la rubrique
  • Proposer un texte

Présentation générale

La rubrique « Figures du développement » se veut une manière de témoigner du développement et des transformations du monde à travers la présentation de trajectoires ou de fragments de parcours singuliers.

Il peut s’agir de personnalités (institutionnelles, militantes, politiques, intellectuelles, etc.), acteurs du développement, personnes dont le parcours participe ou s’articule à des bouleversements sociaux majeurs, mais aussi de trajectoires anonymes (travailleurs et travailleuses, paysan-n-e-s, cadres, fonctionnnaires, hommes et femmes), généralement privés de voix publique, et dont le parcours à l’échelle d’une vie révèle différentes facettes des effets du « développement ». Les « Figures du développement » seront présentées de manière à ce que l’on entende la voix des acteurs.

Les Figures peuvent également prendre la forme de trajectoires organisationnelles, institutionnelles ou culturelles. Elles peuvent ainsi, à tire d’exemples, présenter les parcours d’organismes internationaux, d’associations humanitaires et de coopération, de publications spécialisées, ou suivre l’évolution des usages de notions et de références intellectuelles attachées au développement.

Les « Figures du Développement » pourront être associées aux dossiers de la revue, afin d’en éclairer un aspect particulier et original, sans toutefois que cette correspondance soit systématique. Elles répondent aux consignes stipulées pour les articles. Si la forme est plus flexible que celle d’un article scientifique, le texte doit cependant comporter une présentation générale et peut être organisé en sous-parties aux titres problématisés de manière à orienter le lecteur dans les différents aspects du témoignage rapporté. Les supports photos, sons, vidéos seront accueillis favorablement et pourront être mis en ligne sur le site Hypothèses de la revue, sous réserve de qualité adéquate et de disposer des droits appropriés (droit de reproduction, droit à l’image).

L’esprit de la rubrique

Les Figures visent à constuire progressivement une approche ouverte, dynamique, vivante, des multiples visages du développement aujourd’hui dans le monde permettant d’esquisser une sociologie concrète du développement à travers le vécu des témoins.

Ce que nous entendons par « Figures », dans l’espace propre de la Revue internationale des études du développement, est indissociable du « développement », concept paradoxal par sa polysémie et sa résilience. Les Figures n’ont pas pour objet d’en dessiner les contours, en définissant en amont « ce que développement veut dire », mais d’en pénétrer les marges, de le poser, compte tenu de la diversité des figures, en objet de questionnements renouvelés. L’idée de « figure », suivant l’une de ses définitions, suggère également la représentation. Ainsi les Figures du développement ont vocation à décloisonner l’idée de « développement » pour embrasser, de manière critique, un univers vaste de productions institutionnelles et de réalités sociales qui lui sont liées. En ce sens, les Figures souhaitent aussi bien reconstruire des cheminements d’acteurs ou d’institutions du développement que mettre en exergue les trajectoires d’anonymes à même de refléter les bouleversements que l’impératif de « développement » induit.

L’approche doit être dynamique, retracer une trajectoire ou un segment de trajectoire, qu’il s’agisse d’individus ou d’institutions. Une différence tient dans le fait que pour les personnes physiques (acteurs), elles peuvent s’appuyer sur des entretiens retravaillés, tandis que pour les personnes morales (ou institutions), elles prennent plus volontiers la forme de reconstructions critiques, associant littérature grise, voire plus analytique, et témoignages “d’en haut” ou « d’en bas”.

Éléments de méthode pour le recueil de propositions

La rubrique parie sur une ouverture à différentes disciplines, suivant en cela la pluridisciplinarité qui caractérise la revue. Les Figures sont cependant envisagées comme des constructions qualitatives, et peuvent faire appel à l’imagination pour mieux interpeler les lecteurs et lectrices, ce qui oriente les approches (plus que les disciplines).

Les sources peuvent relever de divers matériaux. Les sources orales (entretiens, histoires de vie, témoignages) sont privilégiées, mais ne couvrent pas l’ensemble des possibilités : sources écrites (surtout s’il s’agit d’une institution, d’un concept du développement, ou encore d’un personnage qui n’est pas ou plus accessible), recours à l’image, aux photographies, dessins et caricatures.

Les Figures cherchent à présenter le développement sous ses multiples facettes, aussi bien actuelles que passées. La palette des Figures possibles est large et, en ce sens, elles peuvent être lues à divers niveaux et utilisées de plusieurs façons. L’objectif est in fine de démultiplier et complexifier les manières d’appréhender le développement.

Des Figures pour quel usage ?

Les Figures peuvent être de toute nature, l’important étant non leur statut mais le sens que leur témoignage apporte.

Ce sont des Figures qui se veulent ouvertes, et qui mettent en tension, en question, l’idée de développement, de manière à l’appréhender de manière riche, complexe, dynamique, en phase avec ses multiples vécus de par le monde. Ainsi, pour la Revue internationale des études du développement, une telle rubrique vise à enrichir son corpus d’articles sur le développement, voire à en dessiner progressivement une représentation ouverte, inachevée, critique.

Penser en termes de représentation dynamique, vivante, éclectique pose nécessairement la question des échelles d’appréhension des enjeux que recouvrent les problématiques du développement (individuelles, collectives, locales, nationales, transnationales, globales), leurs dynamiques, et les dialogues entre ces différents niveaux. Et de (re)politiser cette question.

Pour les lecteurs et lectrices, les Figures peuvent constituer des outils de recherche, alimenter des corpus analytiques existants, nourrir des enquêtes, permettre de saisir la portée d’une politique, d’un programme, d’un projet à l’échelle d’existences concrètes, et d’en saisir ainsi des effets sur la vie des personnes. La construction des Figures permet d’incarner des effets qui peuvent alors être plus accessibles pour des analyses plus macrosociales. Elles peuvent permettre de réfléchir aux institutions sociales, politiques, économiques, de développement partant de récits à la première personne d’acteurs clés, de biographies, ou de recontructions historiques. Lorsqu’elles font écho au dossier de la revue, les Figures peuvent à la fois illustrer et incarner un objet particulier, en offrir un autre regard. Elles peuvent également, plus simplement, nourrir la curiosité intellectuelle.

Figures du développement récemment publiéeS

Soumettre une proposition de texte pour la rubrique

Il est demandé aux auteurs de soumettre une proposition d’une page en format Word, décrivant la Figure, la matière mobilisée, l’angle privilégié, le rapport avec la problématique du développement, aux adresses : revdev@univ-paris1.fr natachbg@gmail.com kamala.marius@gmail.com virginie.tallio@gmail.com



Citer ce billet
Éditorial de l'IEDES (2023, 6 juillet). Rubrique “Figures du développement” Publications de l’IEDES. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pu0s

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search