Le dividende démographique en Afrique subsaharienne

Textes réunis par Daniel Delaunay et Jean-Pierre Guengant

Consulter la monographie

Cette monographie rassemble quelques-unes des contributions au colloque « Dividende démographique et évolution de la fécondité en Afrique sub-saharienne », organisé à Paris les 11-12 mai 2017 par Clémentine Rossier, Véronique Hertrich et Géraldine Duthé pour l’Ined, Jean-Pierre Guengant pour l’IRD, Henri Leridon pour l’Académie des sciences. La première journée (à l’AFD) portait sur les mesures et les singularités du dividende démographique en Afrique subsaharienne, ainsi que les conditions, notamment économiques, requises pour sa réalisation dans ce contexte particulier. La seconde journée (à l’INED) a rassemblé les débats sur la fécondité des couples, les possibles explications à la lenteur de la transition, le niveau élevé de la descendance souhaitée dans cette partie du continent. Les sept textes ici réunis traitent de ces deux ensembles d’interrogations, en avançant des propositions méthodologiques ou de nouvelles hypothèses, adossées à des comparaisons continentales et des études de cas.

Le dividende démographique en Afrique subsaharienne est l’objet d’une attention renouvelée, d’abord pour les attentes qu’il suscite. Mettre en avant une solution démographique au développement est une manière de conjurer les retards de l’émergence économique attendue, ainsi que les craintes exprimées face à un doublement de la population subsaharienne d’ici 2050, une multiplication par quatre d’ici la fin du siècle. La contribution économique des jeunes épargnés par les mortalités précoces serait à la fois une alternative à l’exode (notamment vers l’Europe) et une contribution structurelle à la croissance économique. Mais cet engouement continental est tempéré par les incertitudes, voire les ambiguïtés, attachées à l’évolution des relations démo-économiques lors d’une transition démographique tardive et lente. Car il faut bien reconnaître que le dividende a été découvert et étudié après le constat de son accomplissement en Asie et en Amérique latine. Ce que l’on sait porte pour l’essentiel sur ce processus historique en voie d’achèvement dans un environnement particulier. Dans les économies africaines où la transition de la fécondité est en cours de réalisation, voire ne fait que débuter, son analyse est largement prospective. Les textes présentés s’inscrivent dans cette réflexion critique – la réalisation du dividende n’est pas automatique – et constructive – quels outils, quelles recommandations – que l’on peut rassembler en trois ensembles. Un premier aborde directement ou en arrière-plan les manquements méthodologiques et théoriques de l’analyse du dividende, sa mesure, la modélisation de son impact et de son calendrier, l’analyse de ses interactions avec les autres composantes de la transition. Un second ensemble de contributions aborde la condition préalable à l’émergence d’une population active plus importante, à savoir la baisse de la fécondité dont on constate non seulement les retards mais aussi la pause dans certains pays. Enfin, la réalisation économique du dividende est questionnée. Il pourrait ne rester qu’une opportunité structurelle de la structure par âge si elle ne se traduit pas en gains de productivité des actifs, au-delà de leur nombre relatif. Ce qui replace le débat vers le corpus des études du développement pour aborder les déterminants démographiques de l’épargne et de l’investissement (allongement de l’activité et du cycle de vie), du marché du travail formel, de la productivité des actifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.