Alternatives Économiques

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/83/Logo_Alternatives_Economiques.gifAlternatives Économiques  présente le n° 229 « L’économie politique de la République islamique d’Iran », coordonné par Mehrdad Vahabi et Thierry Coville, avec un article rédigé par Naïri Nahapétian :

« La dépendance au pétrole reste forte. Le « caractère rentier et clientéliste de l’économie iranienne » rend difficile l’accès à l’emploi des jeunes et des femmes, pourtant très diplômés. La population, dont le taux d’urbanisation est passé de 47 % à plus de 70 % depuis 1976, rappelle Mansoor Moaddel, serait « l’une des moins fondamentalistes » d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Djavad Salehi-Isfahani montre un net recul du taux de pauvreté depuis les années 1980, même si, affirme Mohammad Maljoo, le sort des ouvriers iraniens demeure précaire.

Cyrus Bina analyse, de son côté, la structure de l’industrie pétrolière iranienne, la façon dont elle s’est émancipée des majors internationaux et l’évolution des contrats avec les partenaires étrangers. Thierry Coville revient aussi sur les rivalités économiques entre les gardiens de la révolution, les fondations islamiques et les acteurs privés et publics de l’industrie. Bref, autant d’exemples qui prouvent que la réalité iranienne est plus complexe qu’il n’y paraît. »

 

France culture

Thierry Coville, coordinateur du prochain numéro de la Revue sur « l’Économie politique de la République islamique d’Iran » était l’invité d’Hervé Gardette dans l’émission « Du grain à moudre », sur France Culture.

« Il y a un an, le 16 janvier 2016, l’accord sur le programme nucléaire iranien entrait en vigueur, six mois après avoir été signé. Le texte visait à garantir la nature strictement pacifique de ce programme en échange d’une levée des sanctions internationales. Il concluait de manière spectaculaire une longue période de négociations entre l’Iran d’une part et le groupe des « 5+1 » d’autre part, à savoir les États Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume Uni et l’Allemagne. Les mêmes se réunissaient avant hier à Vienne, en Autriche, pour faire le point sur la mise en œuvre de cet accord. Bilan positif du point de vue de l’Agence internationale de l’énergie atomique chargée de superviser son application. Tout semble donc aller pour le mieux. Mais tout ne va pas si bien.En décembre, les États Unis ont prolongé une parties des sanctions contre l’Iran. La passation de pouvoir à la Maison Blanche pourrait encore envenimer les relations entre Washington et Téhéran, Donald Trump ayant promis de déchirer l’accord de juillet 2015 une fois arrivé au pouvoir. Quant aux promesses de boum économiques qui devait suivre la levée des sanctions, elles sont loin d’avoir toutes été tenues. Alors, « à qui a profité l’accord sur le nucléaire iranien ? » c’est la question que nous posons ce soir à nos invités. »

Date : 12 janvier 2017

The Washington Post

Logo du Washington Post

Dans le Washington Post, Laura Seay présente l’édition anglaise du livre d’André Guichaoua, membre du comité de rédaction de la Revue Tiers MondeFrom War to Genocide: Criminal Politics in Rwanda 1990-1994.

« Two new books address the context in which both Rwanda’s genocide and its post-genocide, authoritarian development state developed with considerable nuance. Both should be read by everyone who deals with conflict, development and the most challenging questions at the intersection of the two issues.

This seminal 2010 work is newly available in English for the first time. Guichaoua, a sociologist who served as an expert witness at the International Criminal Tribunal for Rwanda and in other trials relating to crimes of the genocide, details the complex environment in which the 1994 genocide emerged. It is a meticulously detailed account that challenges both the Tutsi-controlled Rwandan government’s official narrative about the causes, events and consequences of the genocide as well as elements of the international community’s consensus narrative and the denialist accounts of Hutu extremists who still seek to enact their hateful ideology from abroad. Indeed, what is most striking about “From War to Genocide” is how it dispels myth after myth about the Rwandan genocide and Rwandan history. »

Date : 3 juin 2016

Édition anglaise : Guichaoua A., 2015, From War to Genocide. Criminal Politics in Rwanda, 1990–1994, trans. Don E. Webster, foreword Scott Straus, Madison, University of Wisconsin Press.

Édition française : Guichaoua A., 2010, Rwanda : de la guerre au génocide. Les politiques criminelles au Rwanda (1990-1994), Paris, La Découverte.

 

RFI

Logo de RFI

Cyril Fouillet, contributeur du n° 225 « L’inclusion financière : aider les exclus ou servir les financiers ? », était l’invité de Jean-Pierre Boris dans l’émission « Éco d’ici, éco d’ailleurs », sur RFI.

« Depuis quarante ans, des esprits inventifs et généreux se sont attelés à faire mentir la maxime « On ne prête qu’aux riches » et à la remplacer par « On ne prête qu’aux pauvres ». Ces Don Quichotte des temps modernes ont mis au point un mécanisme financier d’un nouveau genre « le microcrédit ». L’idée est simple et belle : prêter quelques pièces, quelques billets à quelqu’un de très pauvre pour lui permettre de créer son activité. L’inventeur de cette formule est célèbre. Muhammad Yunus est un économiste bangladais auquel son invention a valu le Prix Nobel de la Paix en 2006, il y a dix ans. « J’aimerais qu’un jour, on m’appelle le banquier des anciens pauvres », dit Muhammad Yunus. Muhammad Yunus mérite-t-il aujourd’hui ce surnom, le microcrédit a-t-il sorti beaucoup de monde de la misère, a-t-il favorisé le développement économique à une plus grande échelle, est-ce une activité rentable ? Le microcrédit ne sert-il finalement pas plus l’intérêt du monde financier et bancaire ? Telles sont les questions posées par Jean-Pierre Boris à ses trois invités. »

Date : 14 mai 2016

L’appel

Titre de l'article de L'appel

Marc Labie, coordinateur du n° 225 « L’inclusion financière : aider les exclus ou servir les financiers ? » est interviewé dans L’appel n° 387 par Jacques Briard.

« Tout en considérant que le crédit n’est pas, pour les pauvres, le chemin le plus sûr pour s’en sortir, le professeur Labie croit que le secteur de la microfinance va sortir de son adolescence et tirer les leçons de ses excès, de ses erreurs et des critiques dont il fait l’objet. Mais, selon lui, cela se fera à condition de ne pas surendetter les gens en difficulté, et de bien mettre au point des produits et des services à la fois de qualité, viables et adaptés aux besoins des gens. »

Date : mai 2016

L’Humanité

Logo de l'Humanité

L’Humanité présente le n° 224 « Les chantiers du syndicalisme en Afrique », coordonné par Benjamin Rubbers et Alexis Roy :

« Le choc des politiques d’ajustement structurel, à partir des années 1980, a totalement refaçonné les paysages syndicaux sur le continent africain, avec les suppressions massives d’emplois et la fragilisation des travailleurs dans les bastions traditionnels. L’arrivée, ces dix dernières années, de compagnies étrangères attirées par les ressources minières, forestières ou agricoles, a dopé les taux de croissance… sans retombées en matière d’emploi. Ce numéro de la revue Tiers-Monde décrypte les défis que ces mutations économiques posent aux syndicats africains. Les auteurs s’attachent, aussi, aux dynamiques syndicales créées par la relative ouverture du jeu politique depuis les années 1990. De la concurrence avec les ONG estampillées « société civile » à la complexité, voire l’ambivalence des rapports avec des gouvernements toujours placés sous la tutelle des institutions financières internationales, se dessinent des stratégies syndicales contrastées, miroirs d’inégales luttes contre les politiques néolibérales. »

Date : 26 février 2016.

Al-Ahram

logo de l'hebdomadaire Al-Ahram

« Représentante en Égypte de l’Institut de recherches pour le développement, la franco-tuni­sienne Sarah Ben Néfissa est une spécialiste de l’Égypte et du monde arabe. Son analyse tire sa force de son regard biculturel. »

Sarah Ben Néfissa est la coordinatrice du n° 222 de la Revue Tiers Monde (Variations sur l’Égypte) avec Aliaa Saraya. Elle est également co-auteure de l’article « L’organisation des Frères musulmans égyptiens à l’aune de l’hypothèse qutbiste« , avec Mahmoud Hamdy Abo el-Kasem.

Date : 27 mai 2015

Agora Vox

logo d'agora vox

Agora Vox – Égypte : Impossible réconciliation entre la Gauche et les Islamistes ?

« Les décisions massives des condamnations à mort rendues par la justice égyptienne sur la base de preuves incroyables laisseraient paraître une instrumentalisation étatique du système judiciaire égyptien et une menace réelle pour la Démocratie et les Droits de l’Homme en Egypte. Cette liberté si chèrement arrachée par le peuple égyptien révolutionnaire est devenue une prison pour tous les opposants au régime militaire égyptien contestant le coup d’Etat du 3 juillet 2013. Les partis politiques égyptiens, de la gauche aux islamistes, envisagent-ils de défendre leurs droits les plus élémentaires ? Leur réconciliation est-elle possible ? »

Une interview croisée entre Stéphane Lacroix, Hani Ramadan et Tewfik Aclimandos, auteur de l’article « De l’armée égyptienne. Éléments d’interprétation du « grand récit » d’un acteur-clé du paysage national », au sein du n° 222 de la Revue Tiers Monde (Variations sur l’Égypte).

Date : 17 juin 2015


Arte Journal

Logo Arte

Arte – Le monde arabe en révolution(s)

Quels sont les pouvoirs du nouveau président égyptien ? Les Frères musulmans peuvent-ils diriger le pays aux côtés des militaires ? La déclaration du nouveau président Mohamed Mori de renégocier les accords de Camp David paraît-elle réaliste ?

Pour répondre à ces questions, ARTE Journal s’est adressé à Tewfik Aclimandos, chercheur associé à la Chaire « Histoire contemporaine du monde arabe » au Collège de France, et auteur de l’article « De l’armée égyptienne. Éléments d’interprétation du « grand récit » d’un acteur-clé du paysage national », au sein du n° 222 de la Revue Tiers Monde (Variations sur l’Égypte).

Date : 25 juin 2015