Invitation conférence débat – mardi 16 mai

À l’occasion de la parution du premier numéro de la Revue internationale des études du développement – nommée Revue Tiers Monde depuis 1960, intitulé : « L’économie politique de la République islamique d’Iran » et de la collaboration nouvelle entre l’Institut d’étude du développement économique et sociale (IEDES) et les Publications de la Sorbonne,

Anne Le Naëlou, directrice de l’IEDES et directrice de la publication de la Revue internationale des études du développement, Pierre Singaravélou, directeur des Publications de la Sorbonne,

Sont heureux de vous inviter à une conférence, avec les coordinateurs de la Revue n°229 2017-1,

Mehrdad Vahabi, Université Paris 8 et Thierry Coville, Novancia Business School

et la participation de Marie Ladier Fouladi, Socio-démographe, directrice de recherche au CNRS (EHESS, IIAC/TRAM).

À trois jours des élections présidentielles iraniennes, cette conférence, ouverte à la presse et animée par Nasser Etemadi, journaliste à Radio France internationale, spécialisé sur les questions de développement socio-économique, illustrera les relations complexes entre islam politique et développement économique en Iran.

Nous vous attendons nombreux !

MARDI 16 MAI 2017 de 18:00 à 20:00 – UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE – SALLE 1 – Galerie Soufflot – 14 RUE CUJAS – PARIS 5ÈME – (RER LUXEMBOURG – MÉTRO CLUNY-LA SORBONNE)

En raison d’un nombre limité de places, et pour des raisons de sécurité, une liste des participants sera remise en amont à Paris1 Panthéon-Sorbonne. Nous vous remercions de votre compréhension.

RSVP avant le 9 mai 2017 : Courriel : revdev@univ-paris1.fr 

Tél. : +33 1 43 94 72 02

RETROUVEZ L’INVITATION EN CLIQUANT ICI

États prédateurs et développement économique

Le 26 janvier 2017, Mehrdad Vahabi, coordinateur du prochain numéro de la Revue Tiers Monde / Revue internationale des études du développement (n°229 – 1/2017) sur l‘Économie politique de la République islamique d’Iran, a présenté son ouvrage « The Political Economy of Predation: Manhunting and the Economics of Escape » (Cambridge University Press, 2016) à l’Agence française du développement (AFD).

Dans son ouvrage, Mehrdad Vahabi développe une théorie positive de l’État prédateur selon laquelle l’espace étatique n’est pas déterminé par la distinction entre biens publics et privés, mais entre les actifs captifs et fugitifs.

L’exposé porte sur les États prédateurs et leurs aspects différenciés sur le développement économique. Pour illustrer ses propos, l’auteur prend pour exemple le cas de l’économie politique de l’Iran sur deux périodes différentes : celle de 1962 à 1971, sous le Shah, dite de la « Révolution blanche », puis celle de 2005 à 2013, sous Mahmoud Ahmadinejad.

Soirée débat à l’occasion de la sortie du n°228

Le vendredi 3 février 2017, l’IEDES a organisé une soirée débat à l’occasion de la sortie du n°228 – 4/2016 de la Revue Tiers Monde intitulé : « Aspirations démocratiques et « démocraties autoritaires » en Afrique centrale« , coordonné par André Guichaoua, Emmanuel Ntakarutimana et Scott Straus.

Cette rencontre a permis de faire dialoguer les coordinateurs du numéro, les auteurs, ainsi que des personnalités extérieures, telles qu’une équipe de journalistes burundais exceptionnellement en France autour de cette thématique.

France culture

Thierry Coville, coordinateur du prochain numéro de la Revue sur « l’Économie politique de la République islamique d’Iran » était l’invité d’Hervé Gardette dans l’émission « Du grain à moudre », sur France Culture.

« Il y a un an, le 16 janvier 2016, l’accord sur le programme nucléaire iranien entrait en vigueur, six mois après avoir été signé. Le texte visait à garantir la nature strictement pacifique de ce programme en échange d’une levée des sanctions internationales. Il concluait de manière spectaculaire une longue période de négociations entre l’Iran d’une part et le groupe des « 5+1 » d’autre part, à savoir les États Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume Uni et l’Allemagne. Les mêmes se réunissaient avant hier à Vienne, en Autriche, pour faire le point sur la mise en œuvre de cet accord. Bilan positif du point de vue de l’Agence internationale de l’énergie atomique chargée de superviser son application. Tout semble donc aller pour le mieux. Mais tout ne va pas si bien.En décembre, les États Unis ont prolongé une parties des sanctions contre l’Iran. La passation de pouvoir à la Maison Blanche pourrait encore envenimer les relations entre Washington et Téhéran, Donald Trump ayant promis de déchirer l’accord de juillet 2015 une fois arrivé au pouvoir. Quant aux promesses de boum économiques qui devait suivre la levée des sanctions, elles sont loin d’avoir toutes été tenues. Alors, « à qui a profité l’accord sur le nucléaire iranien ? » c’est la question que nous posons ce soir à nos invités. »

Date : 12 janvier 2017

La Revue Tiers Monde change de nom !

Le n° 228 de la Revue Tiers Monde vient de paraître. Coordonné et introduit par André Guichaoua, Emmanuel Ntakarutimana et Scott Straus, son dossier s’intitule Aspirations démocratiques et « démocraties autoritaires » en Afrique centrale.

Nommé Tiers Monde depuis sa création en 1960, le trimestriel change de nom dès son n°229, 2017-1, sur l’Économie politique de la République islamique d’Iran, pour devenir la Revue internationale des études du développement.

Depuis le 1er janvier 2017, la revue scientifique de l’Institut d’étude du développement économique et social, de l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, a rejoint les Publications de la Sorbonne, après 47 ans aux Presses universitaires de France puis 10 chez Armand Colin – Dunod.

 

La Revue Tiers Monde aux 4e Rencontres des études africaines !

bandeau des réaf 2016

La Revue Tiers Monde était présente aux 4e Rencontres des études africaines, organisées à l’Inalco du 5 au 7 juillet 2016.

Elle disposait d’un stand dans le hall du 2e étage pendant les trois jours de l’événement et a présenté son n° 224 « Les chantiers du syndicalisme en Afrique » par la voix de l’un de ses coordinateurs (Alexis Roy) et celle de l’un de ses contributeurs (Sidy Cissokho) lors d’une table de discussion qui a eu lieu le 5 juillet, de 16h45 à 18h30, en salle 407.

4e Rencontres des études africaines

5, 6 et 7 juillet 2016

Inalco

65, rue des Grands Moulins

75013 Paris

The Washington Post

Logo du Washington Post

Dans le Washington Post, Laura Seay présente l’édition anglaise du livre d’André Guichaoua, membre du comité de rédaction de la Revue Tiers MondeFrom War to Genocide: Criminal Politics in Rwanda 1990-1994.

« Two new books address the context in which both Rwanda’s genocide and its post-genocide, authoritarian development state developed with considerable nuance. Both should be read by everyone who deals with conflict, development and the most challenging questions at the intersection of the two issues.

This seminal 2010 work is newly available in English for the first time. Guichaoua, a sociologist who served as an expert witness at the International Criminal Tribunal for Rwanda and in other trials relating to crimes of the genocide, details the complex environment in which the 1994 genocide emerged. It is a meticulously detailed account that challenges both the Tutsi-controlled Rwandan government’s official narrative about the causes, events and consequences of the genocide as well as elements of the international community’s consensus narrative and the denialist accounts of Hutu extremists who still seek to enact their hateful ideology from abroad. Indeed, what is most striking about “From War to Genocide” is how it dispels myth after myth about the Rwandan genocide and Rwandan history. »

Date : 3 juin 2016

Édition anglaise : Guichaoua A., 2015, From War to Genocide. Criminal Politics in Rwanda, 1990–1994, trans. Don E. Webster, foreword Scott Straus, Madison, University of Wisconsin Press.

Édition française : Guichaoua A., 2010, Rwanda : de la guerre au génocide. Les politiques criminelles au Rwanda (1990-1994), Paris, La Découverte.

 

RFI

Logo de RFI

Cyril Fouillet, contributeur du n° 225 « L’inclusion financière : aider les exclus ou servir les financiers ? », était l’invité de Jean-Pierre Boris dans l’émission « Éco d’ici, éco d’ailleurs », sur RFI.

« Depuis quarante ans, des esprits inventifs et généreux se sont attelés à faire mentir la maxime « On ne prête qu’aux riches » et à la remplacer par « On ne prête qu’aux pauvres ». Ces Don Quichotte des temps modernes ont mis au point un mécanisme financier d’un nouveau genre « le microcrédit ». L’idée est simple et belle : prêter quelques pièces, quelques billets à quelqu’un de très pauvre pour lui permettre de créer son activité. L’inventeur de cette formule est célèbre. Muhammad Yunus est un économiste bangladais auquel son invention a valu le Prix Nobel de la Paix en 2006, il y a dix ans. « J’aimerais qu’un jour, on m’appelle le banquier des anciens pauvres », dit Muhammad Yunus. Muhammad Yunus mérite-t-il aujourd’hui ce surnom, le microcrédit a-t-il sorti beaucoup de monde de la misère, a-t-il favorisé le développement économique à une plus grande échelle, est-ce une activité rentable ? Le microcrédit ne sert-il finalement pas plus l’intérêt du monde financier et bancaire ? Telles sont les questions posées par Jean-Pierre Boris à ses trois invités. »

Date : 14 mai 2016

L’appel

Titre de l'article de L'appel

Marc Labie, coordinateur du n° 225 « L’inclusion financière : aider les exclus ou servir les financiers ? » est interviewé dans L’appel n° 387 par Jacques Briard.

« Tout en considérant que le crédit n’est pas, pour les pauvres, le chemin le plus sûr pour s’en sortir, le professeur Labie croit que le secteur de la microfinance va sortir de son adolescence et tirer les leçons de ses excès, de ses erreurs et des critiques dont il fait l’objet. Mais, selon lui, cela se fera à condition de ne pas surendetter les gens en difficulté, et de bien mettre au point des produits et des services à la fois de qualité, viables et adaptés aux besoins des gens. »

Date : mai 2016

L’Humanité

Logo de l'Humanité

L’Humanité présente le n° 224 « Les chantiers du syndicalisme en Afrique », coordonnée par Benjamin Rubbers et Alexis Roy :

« Le choc des politiques d’ajustement structurel, à partir des années 1980, a totalement refaçonné les paysages syndicaux sur le continent africain, avec les suppressions massives d’emplois et la fragilisation des travailleurs dans les bastions traditionnels. L’arrivée, ces dix dernières années, de compagnies étrangères attirées par les ressources minières, forestières ou agricoles, a dopé les taux de croissance… sans retombées en matière d’emploi. Ce numéro de la revue Tiers-Monde décrypte les défis que ces mutations économiques posent aux syndicats africains. Les auteurs s’attachent, aussi, aux dynamiques syndicales créées par la relative ouverture du jeu politique depuis les années 1990. De la concurrence avec les ONG estampillées « société civile » à la complexité, voire l’ambivalence des rapports avec des gouvernements toujours placés sous la tutelle des institutions financières internationales, se dessinent des stratégies syndicales contrastées, miroirs d’inégales luttes contre les politiques néolibérales. »

Date : 26 février 2016.