Analyses bibliographiques du n°230

En cliquant sur la couverture ci-dessus, vous pourrez consulter les comptes-rendus des ouvrages suivants :

  • Sabrina Ching Yuen Luk et Peter W. Preston,  The logic of Chinese Politics. Peripheries and Peaceful Rising, Cheltenham (UK), Edward Elgar Publishing, 2016, 232 pages. Par Rawane Mohamed Yasser (IEDES).
  • Patrick Saint-Paul, Le peuple des rats. Dans les sous-sols interdits de la Chine, Paris, Bernard Grasset, 2016, 272 pages. Par Patrick Gubry (IRD – UMR D&S).
  • Patrick Boucheron, Histoire mondiale de la France, Paris, Éditions du Seuil, 2017, 800 pages. Par Dominique Gentil.
  • Oscar Soto y Ma. Eugenia Sánchez, El poder hoy, Mexico, UIA Puebla, CADIS, CEMCA, Embajada de Francia en México, 2016, 342 pages. Par María Eugenia Sánchez Díaz de Rivera (Universidad Iberoamericana Puebla).

Alternatives Économiques

Résultat de recherche d'images pour "alternatives economiques"

Alternatives Économiques  présente le n° 229 « L’économie politique de la République islamique d’Iran », coordonné par Mehrdad Vahabi et Thierry Coville, avec un article rédigé par Naïri Nahapétian :

« La dépendance au pétrole reste forte. Le « caractère rentier et clientéliste de l’économie iranienne » rend difficile l’accès à l’emploi des jeunes et des femmes, pourtant très diplômés. La population, dont le taux d’urbanisation est passé de 47 % à plus de 70 % depuis 1976, rappelle Mansoor Moaddel, serait « l’une des moins fondamentalistes » d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Djavad Salehi-Isfahani montre un net recul du taux de pauvreté depuis les années 1980, même si, affirme Mohammad Maljoo, le sort des ouvriers iraniens demeure précaire.

Cyrus Bina analyse, de son côté, la structure de l’industrie pétrolière iranienne, la façon dont elle s’est émancipée des majors internationaux et l’évolution des contrats avec les partenaires étrangers. Thierry Coville revient aussi sur les rivalités économiques entre les gardiens de la révolution, les fondations islamiques et les acteurs privés et publics de l’industrie. Bref, autant d’exemples qui prouvent que la réalité iranienne est plus complexe qu’il n’y paraît. »

 

If Truth be Told. The Politics of Public Ethnography

If Truth be Told. The Politics of Public Ethnography par Didier Fassin (éd.)

What happens when ethnographers go public via books, opinion papers, media interviews, court testimonies, policy recommendations, or advocacy activities? Calling for a consideration of this public moment as part and parcel of the research process, the contributors to If Truth Be Told explore the challenges, difficulties, and stakes of having ethnographic research encounter various publics, ranging from journalists, legal experts, and policymakers to activist groups, local populations, and other scholars. The experiences they analyze include Didier Fassin’s interventions on police and prison, Gabriella Coleman’s multiple roles as intermediary between hackers and journalists, Kelly Gillespie’s and Jonathan Benthall’s experiences serving as expert witnesses, the impact of Manuela Ivone Cunha’s and Vincent Dubois’s work on public policies, and the vociferous attacks on the work of Unni Wikan and Nadia Abu El-Haj. With case studies from five continents, this collection signals the global impact of the questions that the publicization of ethnography raises about the public sphere, the role of the academy, and the responsibilities of social scientists.

Continuer la lecture de « If Truth be Told. The Politics of Public Ethnography »

Le dictionnaire encyclopédique du développement durable

Le dictionnaire encyclopédique du développement durable

Le dictionnaire encyclopédique du développement durable par Pierre Jacquemot

Les enjeux de la démographie, de l’emploi, de la cohésion sociale, de la santé, de la préservation des ressources naturelles, du dérèglement climatique et de la sécurité sont vitaux pour nos sociétés. Avec son adjectif « durable » qui renvoie au cortège de notions qui lui sont associées – préservation de la biodiversité, agriculture écologiquement intensive, économie circulaire, entrepreneuriat social et solidaire – le développement occupe désormais une place éminente dans nos sociétés. Mais l’aventure est loin d’être gagnée d’avance et la permanence des courants climatosceptiques, ultraconservateurs, populistes et nationalistes tend à altérer le débat et à contrarier la mise en œuvre des incontournables réformes au long cours. Le développement durable est avant tout une affaire citoyenne. Il est nécessaire de l’appréhender avec les concepts adéquats et d’en maîtriser les outils.

Continuer la lecture de « Le dictionnaire encyclopédique du développement durable »

Conférence 16 mai 2017 – L’économie politique de la République islamique d’Iran

À l’occasion de la parution du premier numéro de la Revue internationale des études du développement, intitulé « L’économie politique de la République islamique d’Iran », et de la collaboration nouvelle entre l’IEDES et les Publications de la Sorbonne, une conférence, animée par Nasser Etemadi (journaliste chez RFI), s’est tenue le 16 mai avec les coordinateurs du numéros, Mehrdad Vahabi (Université Paris 8) & Thierry Coville (Novancia Business School, Iris) et la participation de Marie Ladier Fouladi (Socio-démographe, directrice de recherche au CNRS (EHESS, IIAC/TRAM)).

Nous sommes heureux de partager avec vous la vidéo de cette conférence :

Profits and Sustainability. A history of Entrepreneurship

Profits and Sustainability. A history of Entrepreneurship de Geoffrey Jones

Are profits and sustainability compatible?
This book brings unique perspectives to this key debate by exploring the history of green entrepreneurship since the nineteenth century, and its spread globally in industries including renewable energy, organic food, natural beauty, ecotourism, recycling, architecture, and finance.

Continuer la lecture de « Profits and Sustainability. A history of Entrepreneurship »

France-Algérie. Du côté des deux rives

France-Algérie. Du côté des deux rives de Serge Pautot

Les relations entre une ancienne colonie, fière de son indépendance acquise au prix du sang, et le pays colonisateur ne sont jamais simples. La France et l’Algérie sont deux grands pays méditerranéens, ils ont toujours de nombreuses raisons d’entretenir des relations constructives, aussi bien sur le plan politique, économique que culturel. Cet ouvrage recense l’état des relations du côté des deux rives depuis 1830. Il s’agit d’un vaste panorama oeuvrant à consolider les rapports entre ces deux pays, rédigé par un fervent défenseur de l’union France-Algérie.

Se déplacer dans Ouagadougou au quotidien, moyens, contraintes et pratiques de la mobilité par Florence Boyer et Daniel Delaunay

Les Ouagalais sont confrontés à la déficience chronique des transports en commun publics, mais aussi privés, héritage de la période sankariste. Se déplacer au quotidien pour travailler, consommer, socialiser est conditionné à la possession d’un moyen de transport dans une ville qui s’étend ; créant de nouvelles fractures parmi les citadins. L’analyse du calendrier journalier des déplacements restitue la géométrie variable de l’espace de vie à partir du logement, selon les motifs de la mobilité et le profil des habitants.

Consulter la monographie

 

Habiter Ouagadougou par Daniel Delaunay et Florence Boyer

L’offre de logement est insuffisante dans la capitale burkinabè qui est marquée par une croissance démographique forte, qui s’accompagne d’un étalement spatial tout aussi exceptionnel. Les politiques de lotissement ont structuré la morphologie urbaine, exacerbant les injustices spatiale et sociale. La description de l’équipement du logement et de ses formes d’occupation est rapprochée des caractéristiques démo-économiques des citadins, dans le contexte de la transition démographique et de ses perspectives.

Consulter la monographie