Se déplacer dans Ouagadougou au quotidien, moyens, contraintes et pratiques de la mobilité par Florence Boyer et Daniel Delaunay

Les Ouagalais sont confrontés à la déficience chronique des transports en commun publics, mais aussi privés, héritage de la période sankariste. Se déplacer au quotidien pour travailler, consommer, socialiser est conditionné à la possession d’un moyen de transport dans une ville qui s’étend ; créant de nouvelles fractures parmi les citadins. L’analyse du calendrier journalier des déplacements restitue la géométrie variable de l’espace de vie à partir du logement, selon les motifs de la mobilité et le profil des habitants.

Consulter la monographie

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *